Retour à la liste10 raisons pour le Frexit

Préserver nos services publics et acquis sociaux

Aujourd’hui, l’Union européenne impose la libéralisation de tous les services publics. Ce principe est inscrit dans les article 106 et 107 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE). C’est en raison de ces articles que nous assistons au démantèlement de nos services publics alors qu’ils sont l’héritage d’une tradition française qui remonte à plusieurs siècles. Le premier hôpital public, destiné aux plus pauvres, fut en effet fondé sous le règne de Louis IX, qui le finança lui-même sur sa cassette royale.

Les « grandes orientations des politiques économiques » (GOPÉ), rédigées par la Commission européenne sont à l’origine de toutes les lois de sape de nos acquis sociaux votées par les majorités successives depuis 25 ans. La régression sociale en cours est directement inspirée par Bruxelles !

Grâce au Frexit, nous nous libérerons de ces principes nocifs. Nous renouerons avec les conquêtes du Conseil national de la Résistance de 1945. Nous abrogerons les lois Travail (lois Macron et El Khomri), nous préserverons la Sécurité sociale, nous renationaliserons les grands services publics essentiels à notre vie collective (EDF, ERDF, Engie, GRDF, la SNCF, La Poste, etc.), nous sacraliserons les secteurs de la santé et les retraites par répartition.

Grâce au Frexit, enfin, nous récupérerons nos infrastructures vitales cédées aux intérêts financiers sous la poussée de l’Union européenne : autoroutes, aéroports, chantiers navals, et nous sauvegarderons celles qui menacent de l’être : routes nationales, barrages, centrales électriques…

Pour la préservation et l’amélioration du bien commun, le Frexit est essentiel !